blue Cerises saison 3

La minute papillon

Macadam, Milan, 2012
Nouvelles croisées
ISBN 978-2745956224

Dans cette compil’ de la saison 3 :
Satya, De musc et de havane, de Jean-Michel Payet
Amos, Anticorps, de Sigrid Baffert
Violette, La minute papillon, de Cécile Roumiguière
Zik, Lonely cat, de Maryvonne Rippert

Ils sont quatre : Zik, Satya, Violette et Amos. Quatre ados inséparables, aussi différents qu’unis. Unis dans leur vie d’ados, mais aussi par un secret qui pèse lourd. À chaque saison, quatre épisodes. À chaque épisode sa voix. Tour à tour clairs ou obscurs, légers ou graves, énigmatiques ou tumultueux.

Quatre voix, quatre auteurs, une aventure littéraire unique à l’initiative de Cécile Roumiguière (Violette). Dans ce joyeux quatuor, Jean-Michel Payet (Satya), Maryvonne Rippert (Zik) et moi-même (Amos).

 

Extrait 1 de Anticorps (Amos) :

le plus dur, c’est le cure-dent
le verre, ça va, j’ai fini par prendre le coup, suffit juste de le cueillir doucement par derrière comme pour attraper une mouche, histoire de pas renverser la téquila, mais le cure-dent, avec les gants-cisailles, ça demande plus de concentration, j’ai beau me rassembler, le décor s’effiloche maille après maille comme un vieux pull, j’ai le cerveau à ciel ouvert

un réveillon costumé dans la villa futuriste des grands-parents de Gwendoline, jardin anglais en plein Meudon à deux pas de l’Observatoire astronomique, c’est Violette qui nous a dégoté ce plan de ouf

pour le déguisement, j’ai hésité entre Al Capone et Barbe-Bleue et puis je sais pas, une envie lancée aux étoiles, l’inspiration un peu sorcière de la grand-mère de Zik sur sa machine à coudre de l’espace, j’ai décidé : je serais Edward aux mains d’argent ou rien

Extrait 2 de Anticorps (Amos) :

Zik m’aide à me relever. Elle semble en colère, mais elle a perdu de son énergie féline. Nous regagnons le salon, nous soutenant mutuellement comme deux soldats blessés qui viennent d’essuyer des tirs.
La Bérézina. Tranchées jonchées de canettes éventrées, cadavres de bouteilles, reliefs de pizzas écrasées, mégots noyés au fond de gobelets à demi-pleins.
— Tu vas me trouver parano, Zik, je murmure, mais j’ai l’impression qu’on a fichu quelque chose de pas net dans mon verre. Ces fourmillements, ces sueurs, ces visions, je me connais, c’est pas uniquement l’effet du black dog.
A ma grande surprise, elle ne raille pas. Elle semble tendue comme un filin.
— J’ai dû boire dans ton verre aussi, alors, marmonne-t-elle. J’ai vu des trucs chelous cette nuit. Et j’ai piqué du nez trop vite à mon goût. Ça ne me ressemble pas. J’ai l’impression qu’un type n’arrête pas d’ouvrir et de fermer les stores sous mon crâne.
(…)
— On devrait parler aux autres, non ?
— On va en parler, crois-moi.

Lectures croisées, photos… Les compil’ des saisons 1, 2, 3 et 4 disponibles aussi en numérique ici (pour iPhone, iPad et iPod touch).