Biennale Paul Hurtmans à Bruxelles

Semaine de rencontres avec le Centre de littérature jeunesse de Bruxelles aux côté d’Aurore Callias (joie d’intervenir en duo pour la première fois depuis la parution de Krol le fou ), mais aussi Frédéric Marais, Germano Zullo, Edith, Gwenaëlle Abolivier, Zaü, Rascal, Régis Lejonc…
Merci Luc Battieuw pour l’accueil aux petits oignons.

Plus de détails, ici.

Garbo s’éveille

Petite visite jurassienne au Collectif de l’Autre Moitié en résidence à Poligny autour du double projet Loin de Garbo co-écrit avec mon ami le clarinettiste Alexis Ciesla qui verra le jour à l’automne (un livre-CD illustré par Natali Fortier aux éditions de Braques et un spectacle avec Victorie Music).
Joie pure de voir les mots et la musique s’extraire de leur gangue de papier pour s’incarner en chair, notes et lumière.
Merci Charlotte, Xavier, Adrien, Quentin, Lisa, Joakim, Anaïs et Romain, et merci maestro, c’est pour des moments comme ça que je sais pourquoi je fais ce métier.

Dans la marmite 2018…

…mijotent de goûteux projets.

Au menu :

Apéritif nomade
LA MARCHE DU BAOYÉ
En mars, un roman court aux éditions MeMo,
illustré par Adrienne et Léonore Sabrier,
dans la nouvelle collection Polynie créée par Chloé Mary.

Entrée en apesanteur
IGOR ET SOUKY À LA CONQUÊTE DE L’ESPACE
En mai, aux éditions des Éléphants et illustré par Sandrine Bonini.
Déjà le 8ème de cette série de docu-fiction !

Plat d’automne
LES BRUITS DU MONDE
En septembre, un grand roman d’aventures, aux éditions Milan.

Dessert zingaro
LOIN DE GARBO
En novembre, après Halb, un nouveau spectacle & Livre-CD,
aux éditions des Braques avec Alexis Ciesla, le Collectif de l’Autre Moitié,
sous le pinceau de Natali Fortier.

Des polynies et un baoyé

Polynie : du russe “полынья” [polynia], signifiant “trou dans la glace”. Espace d’eaux libres dans la banquise, que le vent ou des courants empêchent de se refermer. Dans cet espace la vie aquatique et l’avifaune prospérent, créant de véritables oasis dans la glace.

Qui a dit qu’un arbre du désert ne pouvait pas planter ses racines dans la banquise ?

Petit oeil sur mon prochain roman
LA MARCHE DU BAOYÉ
à paraître aux éditions MeMo
le 15 mars prochain
dans la toute nouvelle collection Polynie
créée et dirigée par Chloé Mary.
Une histoire picturalement illustrée par Adrienne et Léonore Sabrier.

Un avant-goût de cette marche aux limites de l’imaginaire :

© illustration Adrienne et Léonore Sabrier – éditions MeMo 2018

Les premières lignes :

À la fin, il n’en est resté qu’un seul.
Au fond de notre jardin.
Notre jardin, petite île au milieu de rien.
Autour, les Déracineurs avaient tout avalé. Ils attendaient de dévorer l’unique rescapé, Monsieur B.
C’est comme ça que P’pa l’avait appelé, Monsieur B. Notre dernier arbre encore debout, comme un pied de nez. Un baoyé. Oh, pas bien grand, mais avec des fruits plus juteux que des mamelles de buffle bleu.
Pendant quelques jours, les Déracineurs ont cessé d’ingurgiter autour de nous. Un court temps de digestion, avant le grand festin final.
— Ce coup-ci, il faut qu’on parte, a dit P’pa gravement.

 

Rencontres dans la forêt, un entretien sur La marche du baoyé, extrait des Nouvelles de Polynies.
(avec aussi mille coulisses et surprises autour d’autres romans à paraître, Truffe et Machin d’Émile Cucherousset et sous le pinceau de Camille Jourdy, La petite épopée des pions d’Audren encré et ancré par Cédric Philippe, Vendredi ou les autres jours de Gilles Barraqué, illustré par Hélène Rajcak…)

Feuilleter le début du roman.

Plus de détails sur les collections Petite Polynie, Polynie, Grande Polynie.